Août 2003 :

Samedi 2 août : Table de presse à Cours de Vincennes (Nation), de 11h à 14h environ. Outre les habituels regards en coin, 4 personnes nous ont posés des questions :
- Le marchand de chaussure en face de notre table, qui bien sûr nous a posé des questions sur le cuir en nous faisant la morale ("vous acheté des chaussures en synthétiques faites par des enfants exploités"). Il voulait absolument parler de la souffrance des plantes après avoir tenté de parler de dieu (alors qu'il n'est même pas croyant). Nous lui avons répondu que cela ne servait à rien de vouloir détourner la conversation sur un sujet sans rapport. Bref, dialogue frustrant car il faisait preuve d'une évidente mauvaise foi, mais il a néanmoins pris un peu de documentation.
- Un homme de 50 ans, du genre " bio sportif soucieux de sa santé ", donc nous avons plutôt attaqué sur les aspects santé, bienfait pour l'environnement et qu'il est possible de respecter les animaux et d'être en bonne santé. Dialogue intéressant dans l'ensemble car il semblait ouvert à la réflexion.
- Deux jeunes filles, dont une avec une mère végétarienne. Nous lui avons posé des questions afin
de connaître les raisons du choix de sa mère : au début elle disait que c'était par goût puis elle a fini par nous dire qu'en fait, même si sa mère n'a pas de discours construit, elle est végétarienne pour les animaux. L'autre jeune fille étant musulmane, nous avons parlé du fait qu'en général, les cultures "minoritaires " comprennent mieux les autres choix minoritaires (en l'occurrence, le végéla*isme). Discussion très intéressante, elles ont pris de la documentation, ont posé des questions et semblaient consciente que la viande implique la mort d'un animal mort que nous voulons nous cacher.

Samedi 16 août : Table de presse à Cours de Vincennes (Nation). Quelques personnes se sont approchées, ont discuté brièvement…

Samedi 23 août : Table de presse à Cours de Vincennes (Nation). Malgré que peu de gens aient osé ( !) s’approcher de notre table, de nombreuses personnes ont regardé les affiches qui l’entouraient. Un retour défavorable de la part d’un homme qui trouvait que l’affiche « Ma chair m’appartient. Si malgré tout vous voulez manger la viande, mordez donc votre propre cul » ne voulait rien dire. Je lui ai répondu qu’au contraire, elle était explicite. Il est reparti en expliquant de loin qu’il mangeait de la viande et qu’il ne changerait pas d’avis. Une autre, en lui tendant un tract, m’a répondu qu’elle ne le prendrait pas vu qu’elle mangeait de la viande mais qu’elle était contre la maltraitance des animaux tout en appréciant les corridas. Je lui ai répondu qu’elle pouvait tout de même prendre le tract pour le lire, ce qu’elle a d’ailleurs fait. Mais impossible d’en dire plus vu qu’elle continuait à parler tout en s’éloignant de nous. C’est une habitude ! Une dame, assez âgée, d’origine espagnol nous a parlé de son dégoût des corridas et disait manger peu de viande. Une autre femme, végétarienne, nous a encouragé. Et pour conclure, juste avant de partir, une femme nous a pris le livre de Peter Singer « L’égalité animale expliquée aux humains ».

Samedi 30 août : Table de presse à Cours de Vincennes (Nation). Un peu plus de personnes que d’habitude sont venu-e-s discuter avec nous. C’est vrai que les vacances scolaires se terminent et la rentrée arrive… Deux personnes végétariennes, une femme et un homme nous ont encouragées. L’homme a finalement dit qu’il mangeait tout de même de la viande de temps en temps. Il voulait qu’on profite des infrastructures de la Fondation Brigitte Bardot ou l’ASPA pour propager des infos. Je lui ai répondu que nous n’avions pas le même discours… Au niveau de la lutte au quotidien, à une époque, il avait mis à son boulot, une affiche de l’asso Léonard de Vinci « Si vous arrêtez d’en manger, nous arrêtons d’en tuer » (ou quelque chose comme ça) qui était restée un bon moment. La femme était la commerçante de fruit et légumes bio (ce n’est pas un marché bio), juste à côté de nous. Elle a plus parlé de bio que de végétarisme ! Un enseignent, au style très intello et donneur de leçon, s’est entretenu avec nous pendant un bon moment. Il parlait pour ne rien dire… certainement le plaisir de s’écouter parler. Un monsieur a demandé des renseignements en voyant les affiches. Lorsqu’il a su que nous ne mangions pas de viande, il est parti en disant que c’était trop…