Juillet 2005

Dimanche 10 juillet, 11 h : table de presse au marché Richard-Lenoir (Paris 11 ème )

Une première personne a jeté en passant un " Et les végétaux ?" Attrapé au vol, la réponse a fusé. Genre :  "Il n'est pas prouvé que les tomates ressentent joie et plaisir à l'écoute de la musique (allusion), et ça ne m'intéresse même pas d'entrer dans ce débat, en revanche, en
ce moment, les animaux subissent toutes les tortures possibles pour le seul intérêt de notre plaisir (personnel, d'occidental-e), exactement comme le racisme et le sexisme ne servent les intérêts que d'une seule classe dominante". En substance, pas la peine de regarder si loin pour
se cacher ce qui se passe là maintenant, tout de suite et sur quoi on peut agir. La personne s'est arrêtée pour discuter. Cette personne et une autre par la suite semblaient très "naturalistes" : respect de la nature, des animaux donc des végétaux, de l'air et de la terre... En pleine recherche mystique du sens de soi au sein de la "Nature"... Cette deuxième personne, revendiqué soixante-huitard, se disant végétarienne au départ pour ensuite "avouer" qu'elle faisait des
entorses à ce type d'alimentation lors de voyages à l'étranger. Conversation sur le "respect des coutumes", terme qui cache souvent la non-lutte de l'individu face à la majorité [chose que l'on retrouve localement, il n'y a pas besoin d'aller à l'étranger pour cela : le poids social]...
Une personne a acheté le dernier Cahiers antispécistes et un exemplaire de la brochure des Poissons. Accompagnée par deux hommes très moqueurs, et de son choix, et dans leur attitude sur la lutte antispéciste. Un peu avinés, aucune envie d'insister à converser.
Une personne qui, d'elle-même, parce qu'elle se disait végétarienne sans savoir qu'elle ne l'était pas en mangeant du poisson, a souhaité se documenter sur les poissons en prenant le tract.
Deux personnes sont venues directement à la table de presse pour se servir en tracts, particulièrement ceux des tracts qu'ils ne possédaient pas encore, sur certains sujets tels les œufs, le lait, le cuir. Des végétariens-nes souhaitant aborder l'étape végétalienne...
Echange avec le monsieur habituel d'adresse de saladeries vers les Halles.
Voilà ! Vers 13h, nous avons commencé à plier la table : quelques personnes sont venues rapidement prendre le tract généraliste.

Au final, plus de 200 tracts ont été distribués, une grande majorité à des individus consentants ! Les discussions du jour ont été agréables, pas de personnes violentes dans leur propos par exemple, mais beaucoup de questionnement personnel... ou une affirmation de végétarisme, style :
"ah oui, je connais le spécisme, je suis végétarien-ne d'ailleurs ! Bon courage !"... ce qui fait plaisir !

 

Dimanche 24 juillet : table de presse au marché Richard-Lenoir (Paris 11 ème )

Au bout d'une demi-heure, le temps s'est mis à la pluie, légère et par intermittence mais suffisamment pour devoir ranger la presse. Nous avons laissé le panneau habituel, les affiches au tour de la table et avons continué à tracter. A cause du mauvais temps, les gens n'étaient pas très réceptifs. Une végétarienne nous a tout de même encouragé.

Un monsieur, en lui tendant un tract, a répondu l'habituel  « non merci, j'aime la viande » tout en continuant à marcher. Un autre « ce n'est pas la peine, ce n'est pas à 45 ans que je vais changer ». Une autre « je suis d'accord avec vous ». Une femme nous a demandé l'affiche du cochon « Ma chair m'appartient ! Si malgré tout vous voulez manger de la viande, mordez donc votre propre cul ». Vu que nous n'avions que celle scotchée (et abîmée) sur la table nous lui avons proposé de repasser la semaine prochaine. Un monsieur qui vient nous rendre visite à chaque fois nous a encouragé.

En espérant qu'il fera meilleur temps dimanche prochain…